Retour à l'Accueil

Accès client, les services, les tarifs ...
 
     
  Test  
     
 

Atout recrutement

Un outil essentiel pour gérer votre carrière

>>>Passer le test


 
     
     
  Mon Alvé-job  
     
 
 
     
     
  Librairie emploi  
     
 

Sélection du Rucher

à découvrir ...

 
     
     
  Test  
     
 

Tester votre QI

Mesurez votre "intelligence"

 >>>Passer le test

 
     

 

 
     
 
Les métiers de la comptabilité et de la gestion
 
     
 

L'EMPLOI DANS LA COMPTABILITE ET LA GESTION
LES DIFFERENTS METIERS
POUR EN SAVOIR +
LIBRAIRIE

 
     
 
LES DIFFERENTS METIERS (suite)

Les métiers de la comptabilité générale (suite)

Comptable/Assistant comptable

La mission : les fonctions sont précises et spécialisées, il s'agit d'établir la comptabilité clients, la comptabilité fournisseurs, la comptabilité analytique, la comptabilité exportation. Les spécialités prises en charges sont fonction de la taille et de l'activité de l'entreprise. L'objectif reste toutefois le même : rendre compte de la bonne ou mauvaise santé de l'entreprise tant à l'administration fiscale qu'aux principaux acteurs et partenaires de celle-ci.

Les qualités et les compétences requises : la maîtrise des chiffres, des outils et des procédures alliée à une bonne connaissance de la structure sont indispensables. La capacité à communiquer est également largement recherchée ; en effet, le comptable doit être capable, de par sa fonction transversale, de conseiller, d'animer, d'enseigner… dans le but d'améliorer la gestion et par là même la rentabilité de l'entreprise.

Le salaire et les débouchés : l'évolution est assez importante, elle dépend toutefois du niveau d'études et de la taille de l'entreprise. Le comptable ou l'aide comptable peuvent, avec de l'expérience, accéder au poste de chef comptable, responsable de service comptable, voire directeur financier et comptable. Le salaire en moyenne est de 1220 euros par mois.

Le niveau de formation : BTS comptabilité gestion, DUT gestion des entreprises et des administrations, MSTCF (maîtrise des sciences et techniques comptables et financières, MST économie de l'entreprise, MST audit et gestion opérationnels de l'entreprise, MIAGE (maîtrise de méthodes informatiques appliquées à la gestion, MASS (maîtrise de mathématiques appliquées aux sciences sociales), maîtrises de sciences juridiques, maîtrise de sciences politiques, maîtrise d'économie et de gestion, IUP banque finance et assurance, DESS techniques comptables, les écoles de commerce option comptabilité finances, les IEP( institut d'études politiques) option économie et finances, et les diplômes spécialisés : le diplôme préparatoire aux études comptables et financières (DPECF) ; le diplôme d'études comptables et financières (DECF) ; le diplôme d'études supérieures comptables et financières (DESCF).

Directeur financier

La mission : les directeurs financiers ne sont en général présents que dans les grandes structures. Le domaine financier fait partie du pôle décisionnel de l'entreprise. Le directeur financier possède un rôle clé. Il doit établir la stratégie financière de l'entreprise, le choix du développement, les moyens et les outils nécessaires amenant à une rentabilité et une expansion optimale. Sa principale mission est donc d'optimiser la gestion financière de l'entreprise.
La totalité des documents comptables sont à sa disposition. Ces données lui permettent d'avoir une vision d'ensemble indispensables au développement d'un plan financier dont il est le seul responsable. Il se doit de suivre constamment les équilibres financiers de l'entreprise.

Les qualités et les compétences requises : sa fonction fait de lui un interlocuteur de tout premier plan auprès des différents chefs de services de l'entreprise mais également des banques, des partenaires , des actionnaires…, son sens de la communication et de la pédagogie doivent donc être largement développés. Ces nombreux contacts l'obligent à faire preuve d'une importante aptitude à la négociation pour arriver à ses fins. Le sens de la rigueur et de la méfiance sont indispensables. Le directeur financier doit pouvoir agir vite sans pour autant oublier de calculer les risques potentiels. Son " flair " doit pouvoir le guider au mieux. La maîtrise de la comptabilité dans son ensemble est obligatoire. La connaissance de l'anglais est impérative.

Le salaire et les débouchés : l'évolution de carrière est très importante. Un directeur financier peut rapidement accéder à la direction générale. Les postes de directeurs financiers sont très prisés et les salaires sont en conséquences, ceux-ci peuvent varier de 3200 euros à 15250 euros par mois.

Le niveau de formation : les grandes écoles de commerce de type HEC, les magistères d'économie, de banques et finances, d'économie et de finances internationales, de finances d'entreprises et de gestion bancaires, IUP de banque finance assurance, DESS de banque et finance, IEP option économie et finances, le diplôme d'expert comptable…

Cadre financier

La mission : le cadre financier assiste le directeur financier dans ses tâches. Son champ d'action est large , il touche à de nombreux domaines : l'optimisation de la gestion des flux financiers, les crédits clientèles, l'assurance… Chacun de ces domaines doit être représenté par des données chiffrées. Une fois organisées et structurées, l'assistant peut alors en retirer des informations capitales concernant la politique financière de l'entreprise adoptée. Lorsque l'exploration et le diagnostic ont été fait, il informera la direction et la conseillera en matière de d'ajustements ou de modifications à envisager. Il possède un rôle de conseil important.

Les qualités et les compétences requises : la synthèse et l'analyse sont les maîtres mots qui permettront au cadre financier de mener à bien sa mission. Son aptitude à communiquer sera également nécessaire dans ses démarches. La rigueur, la méfiance et le " flair " le guideront dans sa tâche.

Le salaire et les débouchés : l'évolution de carrière est très importante. Un cadre financier peut rapidement accéder au poste de directeur financier voire à la direction générale. La haute technicité demandée est à la hauteur des salaires proposés. Le salaire moyen est d'environ 2590 euros par mois.

Le niveau de formation : les grandes écoles de commerce de type HEC, les magistères d'économie, de banques et finances, d'économie et de finances internationales, de finances d'entreprises et de gestion bancaires, IUP de banque finance assurance, DESS de banque et finance, IEP option économie et finances, le diplôme d'expert comptable…

Trésorier

La mission : le trésorier se doit de gérer au mieux la trésorerie. Il doit veiller à ce que l'entreprise soit toujours solvable, choisir les crédits les moins onéreux, trouver les placements les plus avantageux. Il est le garant de l'équilibre entre la rentabilité et la sécurité financières de l'entreprise. L'argent brassé par le trésorier doit être placé avec précautions et surtout avec logique ; en effet, il s'agit de l'argent de fournisseurs, de partenaires, de clients… il est donc indispensable de développer une stratégie de gestion optimale pour s'écarter des dangers financiers qui menacent toute entreprise. Un erreur du trésorier peut engendrer de profondes conséquences néfastes pour l'entreprise dans son ensemble. Les trésoriers placent l'argent, empruntent quand c'est avantageux… mais jamais ils ne spéculent.
Les tâches vont varier en fonction de la taille de l'entreprise : dans une petite entreprise celui-ci cumulera les fonctions, il sera à la fois comptable et directeur financier. Dans les entreprises plus conséquentes, le trésorier travaillera sous la coupe du directeur financier et l'assistera dans ses démarches. Sa mission est toutefois différente de celle de cadre financier, il travaille en salle de marché en général.

Les qualités et les compétences requises :.une aptitude à communiquer est indispensable. La rigueur, la méfiance et le " flair " le guideront dans sa tâche. La vivacité d'esprit, la rapidité de réflexion sont également indissociables de sa mission. La connaissance technique alliée à la connaissance de l'anglais sont obligatoires.

Le salaire et les débouchés : l'évolution de carrière est très importante. Un trésorier peut rapidement accéder au poste de directeur financier voire à la direction générale. La haute technicité demandée est à la hauteur des salaires proposés. Le salaire est compris entre 2500 euros et 8390 euros par mois suivant l'importance de l'entreprise.

Le niveau de formation : MSTCF (maîtrise des sciences et techniques comptables et financières), MST économie de l'entreprise, MST audit et gestion opérationnels de l'entreprise, MIAGE (maîtrise de méthodes informatiques appliquées à la gestion, MASS (maîtrise de mathématiques appliquées aux sciences sociales), maîtrises de sciences juridiques, maîtrise de sciences politiques, maîtrise d'économie et de gestion, IUP banque finance et assurance, DESS techniques comptables, les écoles de commerce option comptabilité finances, les IEP( institut d'études politiques) option économie et finances ; les diplômes spécialisés : le diplôme préparatoire aux études comptables et financières (DPECF) ; le diplôme d'études comptables et financières (DECF) ; le diplôme d'études supérieures comptables et financières (DESCF), magistères d'économie, d'économie et de finances internationales, d'économie industrielle, de sciences de gestion, de gestion des entreprises…mastères trésorerie et finance…CNAM ( conservatoire national des arts et métiers)…

La comptabilité en libéral

Expert comptable

La mission : la mission de l'expert comptable est d'établir les comptes annuels de sa clientèle. Il rédige les bilans et les comptes de résultats. Une fois fait, il informe des démarches et procédures à effectuer afin d'éviter les erreurs en matière de comptabilité. Il se penche alors sur la situation comptable périodique et sur des estimations avec la comptabilité prévisionnelle. Il développe aussi une analyse de gestion qui guidera le chef d'entreprise dans la gestion de son entreprise. Il travaille, en général, à partir des documents préalablement établis par le comptable. Le Grand Livre, la balance, les journaux… ils sont les outils indispensables à la mission de l'expert comptable. Il joue un rôle de conseiller et d'aide auprès des chefs d'entreprise.

Les compétences et les qualités requises : l'expert comptable doit avoir l'âme pédagogue et le sens du contact; en effet, il est là pour conseiller et assister, informer et renseigner. Pour ce faire, il est évident que ses connaissances techniques doivent être irréprochables et qu'il doit faire preuve d'esprit de synthèse. Il doit être logique et rigoureux dans ses démarches, en étant le plus concentré possible ; la comptabilité se doit d'être la plus fiable possible.

Le salaire et les débouchés : Au sein d'une entreprise, l'expert-comptable est un cadre supérieur et reçoit un salaire en conséquence (en moyenne :2000 euros par mois). En tant que libéral, il peut gagner plus (en moyenne : 2745 euros par mois) moyennant un nombre d'heures de travail plus important.
Les débouchés sont restreints : l'expert comptable peut espérer devenir commissaire aux comptes, ou alors celui-ci pourra se diriger vers l'enseignement en passant l'agrégation d'économie et gestion.

Le niveau de formation : Devenir expert comptable nécessite de suivre une formation spécifique. Tout d'abord il faut obtenir le DPECF (diplôme préparatoire aux études comptables et financières), puis le DECF (diplôme d'études comptables et financières) et ensuite le DESCF (diplôme d'études supérieures comptables et financières). Une fois ces diplômes acquis, un stage de trois ans devra être réalisé. C'est après cette expérience sur le terrain que le candidat pourra enfin passer le diplôme d'expert-comptable.
De nombreux cursus permettent d'accéder à cette formation à différents niveaux : MSTCF (maîtrise de sciences et techniques comptables et financières) ; IEP ; licence et maîtrise d'administration économique et sociale ou de sciences économiques ; écoles de commerce ; BTS comptabilité et gestion ; DUT gestion des entreprises et des administrations.

Commissaire aux comptes :

La mission : le commissaire aux comptes développe son action dans les entreprises de plus de 50 salariés, les sociétés par actions ou les sociétés anonymes. Il certifie les comptes. Toute entreprise doit fournir une comptabilité juste. Les services fiscaux, mais également les associés, les actionnaires, les salariés, les banquiers… doivent pouvoir connaître l'état de santé de l'entreprise. Son rôle est donc de contrôler et d'affirmer la véracité des informations données par l'entreprise. Au cours du conseil d'administration, il délivrera ses résultats informant ainsi des erreurs, des éventuelles fraudes ou du caractère exact des comptes. Il relit les conclusion de l'expert comptable, les infirmant ou les confirmant. Il possède le droit de vérifier les comptes d'une entreprise à n'importe quel moment de l'année. Ainsi, il est dans la mesure de protéger les actionnaires, de garantir l'entière lisibilité des informations comptables aux principaux acteurs travaillant avec l'entreprise.

Les compétences et les qualités requises : le commissaire au comptes doit avoir l'âme pédagogue et le sens du contact; en effet, il est là pour conseiller, assister, informer. Pour ce faire, il est évident que ses connaissances techniques doivent être irréprochables et qu'il doit faire preuve d'esprit de synthèse. Il doit être logique et rigoureux dans ses démarches. Il doit faire preuve d'intégrité et de sincérité.

Le salaire et les débouchés : les débouchés sont restreints, le commissaire aux comptes pourra, s'il a l'âme pédagogue, se diriger vers l'enseignement en passant l'agrégation d'économie et gestion. Les salaires sont conséquents, en moyenne 3200 euros par mois.

Le niveau de formation : pour devenir commissaire aux comptes il est indispensable d'avoir obtenu le titre d'expert comptable au préalable. Pour devenir expert comptable, il est nécessaire de suivre une formation spécifique. Tout d'abord il faut obtenir le DPECF (diplôme préparatoire aux études comptables et financières), puis le DECF (diplôme d'études comptables et financières) et ensuite le DESCF (diplôme d'études supérieures comptables et financières). Une fois ces diplômes acquis, un stage de trois ans devra être réalisé. C'est après cette expérience sur le terrain que le candidat pourra enfin passer le diplôme d'expert-comptable.
De nombreux cursus permettent d'accéder à cette formation à différents niveaux : MSTCF (maîtrise de sciences et techniques comptables et financières) ; IEP ; licence et maîtrise d'administration économique et sociale ou de sciences économiques ; écoles de commerce ; BTS comptabilité et gestion ; DUT gestion des entreprises et des administrations.
Une fois le diplôme d'expert comptable en poche, il faut être assermenté par l'Etat pour obtenir le titre de commissaire aux comptes.
 


Suite de l'article

Page 1 - 2 - 3 - 4

Au sommaire :

Interview : Interview de Julien Varin, responsable de la Mission Service à distance et Multimédia de l’ANPE

Création d'entreprise : Dictionnaire de la finance et du capital risque : 2° partie

Stratégie emploi : Les métiers de la comptabilité et de la gestion


 

Accueil
du Rucher
Copyright 2009 © Activit@e Emploi ®
Tous droits réservés
www.lerucher.com - Contact

haut de
la page