Retour à l'Accueil

Accès client, les services, les tarifs ...
 
     
  Test  
     
 

Atout recrutement

Un outil essentiel pour gérer votre carrière

>>>Passer le test


 
     
     
  Mon Alvé-job  
     
 
 
     
     
  Librairie emploi  
     
 

Sélection du Rucher

à découvrir ...

 
     
     
  Test  
     
 

Tester votre QI

Mesurez votre "intelligence"

 >>>Passer le test

 
     

 

 
     
 
My Business Angel is Rich Création
 
     
 

Qu’est-ce qu’un business angel ?
Qui sont-ils ?
Les intérêts en présence
Comment les trouver ?
Quelques liens
Dernier conseil

 
     
 


Vous avez une idée, un projet à fort potentiel de développement, mais vous n’avez pas de fonds. Comment trouver des capitaux afin de créer son entreprise sans avoir à emprunter en masse ou hypothéquer sa maison ?

Faites appel à un ange, un business angel de préférence ;-))
Les business angels sont de plus en plus nombreux en France, il faut juste savoir les trouver et leur proposer une idée qui à un potentiel. Alors pour vous, voici un petit mode d’emploi du business angel.


Qu’est-ce qu’un business angel ?

Non, un business angel n’est pas un monsieur descendant du ciel avec ses petites ailes blanches en vous jetant des liasses de billets ;-)).

Un business angel c’est un particulier qui investit directement et personnellement dans les petites et moyennes entreprises. Il se distingue car en général il préfère intervenir au début du développement de l’entreprise et investir dans une entreprise proche de lui, que ce soit géographiquement ou du fait du domaine d’activité de l’entreprise aidée.
De plus, le business angel apporte souvent, outre du capital, ses compétences et son expérience.

La métaphore de l’ange est bien choisie, votre business angel c’est un peu l’ange gardien de votre entreprise.


Qui sont-ils ?

Le profil type du business angel français est le suivant : un entrepreneur ou un ancien entrepreneur, un homme, dont l’age est compris entre 40 et 70 ans, qui souhaite intervenir dans le secteur des hautes technologies en priorité et de préférence dès l’amorçage du projet.
Ceci est le profil du business angel français lambda.

Le problème est que, en matière de business angels, la France n’est pas en pôle position et ce, même si elle rattrape, avec le reste de l’Europe, son retard sur les USA.
La France compte une centaine de « grands » business angels, actifs et réguliers, capables d’avancer une grosse somme. Si l’on est moins gourmand est que l’on se contente de quelques centaines de millier de francs, la France compte quelques dizaines de millier de business angels.

L’European Business Angel Network estime qu’il y a en Europe 125 000 business angels actifs mais que leur nombre pourrait s’élever à 1 000 000. L’Europe rattraperait ainsi son retard sur les deux modèles en la matière : Israël et les Etats Unis.
Le problème en Europe est la forte disparité entre les pays. En effet, Grèce, Espagne et Portugal sont très en retard, la France et l’Allemagne sont dans une phase intermédiaire et ce alors que le royaume Uni et les Pays Bas usent et abusent des business angels.


Les intérêts en présence

Vous vous en doutez un business angel n’est pas un philanthrope répandant sa fortune au petit bonheur la chance. Ce n’est pas pour autant quelqu’un dont le seul but sera de s’approprier votre société lorsque celle-ci prospèrera.
Un business angel espère, au moins, un retour sur son investissement car son intervention reste un investissement.

Cependant votre relation est basée sur une certaine confiance réciproque qui fait qu’un business angel est plus qu’un prêteur, son implication dans l’entreprise sera plus grande. Le principal but du business angel est donc d’investir mais on ne peut réduire son action à un investissement, le business angel s’implique bien plus que cela dans l’entreprise.

De votre côté, le recours à un business angel peut être une obligation. En effet, si pour les petites sommes vous pouvez faire appel aux CIGALES (Clubs d'Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l'Epargne Solidaire : (http://www.cigale.org ) ou aux associations Love Money pour l’emploi (http://www.love-money.org ); il est plus difficile de trouver un financement lorsque vos besoins en capitaux sont très conséquents. En pratique très peu d’entreprises ont accès au capital-risque du fait de l’extrême rigueur dans la sélection des dossiers.
Dès lors, l’appel aux réseaux de business angel est parfois la seule solution.

Suite de l'article




 

Accueil
du Rucher
Copyright 2009 © Activit@e Emploi ®
Tous droits réservés
www.lerucher.com - Contact

haut de
la page